Nous portons un regard épicurien, décalé, amusé et urbain sur le fooding. Nous ne cherchons pas à sauver ni nourrir la planète. We cast an epicurean, quirky, joyful and urban eye over fooding. We do not aim at saving nor feeding the world.

jeudi 15 décembre 2011

Baobab de Noël

On raconte qu'à la fin de la saison des pluies,  a lieu, en pays bambara, une cérémonie étonnante : le chef du village et ses conseillers demandent à 2 forgerons, cette caste d'artisans qui maîtrise les secrets du fer et du feu et qui comme tous les alchimistes provoque crainte et fascination, de fabriquer des bélébélés, objets oblongs et creux. On raconte encore qu'après que les augures favorables ont été pris auprès des chasseurs - gazelle gestante aperçue en train de brouter à l'ombre d'un balanzan, pintade blanche traversant le sentier après le coucher du soleil -  tout le village se rassemble au pied du plus grand baobab, afin de remplir les bélébélés de victuailles et de présents pour le Djinn de décembre que l'on appelle aussi de nos jours, Djinn de Noël. Une fois les bélébélés emplis pour le Djinn, on les ferme hermétiquement  et on les accroche solidement  aux branches du baobab en priant pour qu'ils trouvent grâce aux yeux du Djinn de Noël et que celui-ci leur accorde sa protection pour l'année à venir.

On raconte aussi que tout le monde quitte alors les lieux dans le plus grand silence pour ne pas effrayer les petits Djinns, habitants éternels du baobab et auxiliaires du Djinn de Noël. Plusieurs semaines plus tard, généralement vers la fin décembre, le Djinn de Noël passe nuitamment dans tous les baobabs afin de récolter les offrandes à lui offertes. Gare aux villageois peu généreux ou alors carrément amnésiques ! Le Djinn de Noël ne les protégera pas pour l'année à venir. Si au contraire, le Djinn est satisfait des présents qui lui sont faits, les villageois n'auront rien à craindre pour la nouvelle année.. Leurs récoltes seront abondantes, leurs greniers toujours pleins et leurs vergers couverts de fruits. Pour manifester sa joie et remercier les généreux donateurs, Le Djinn de Noël accrochera sur toutes les branches du baobab des petites piñatas remplies de douceurs que les enfants se feront un plaisir de crever à l'aide de flèches confectionnées dans du bois de  zaban. 

On raconte enfin que depuis de nombreuses années, l'on voit dans la région de Ségou tous les plus grands baobabs se couvrir de piñatas et tous les vergers croûler sous les fruits. Le Djinn de Noël veille...

On raconte, on raconte... Mais peut-on croire au Djinn de Noël ?
People tell that at the end of the rainy season, a surprising rite takes place in the Bambara country : the village head and his advisors ask 2 blacksmiths - of this craftsmen’s cast which masters iron and fire secrets and provokes fear and fascination as all alchemists do - to make belebeles, a kind of oblong and hollow object. People add that once huntsmen made sure of good omens – a pregnant gazelle spotted while grazing in the shadow of a balanzan, a white guinea fowl crossing the path after sunset – the whole village gathers at the foot of the biggest baobab, in order to fill the belebeles with food and gifts for the December Djinn who is also called Christmas Djinn nowadays. Once belebeles are full, villagers carefully close them,  hang them on the baobab branches and pray that they find favour in the Djinn's eyes so that he will grant them his protection for the year to come.

People also say that everyone leaves the place in silence in order not to frighten the small Djinns, eternal dwellers of the baobab and Christmas Djinn’s aids. A few weeks later, around the end of December, Christmas Djinn turns up in the night and visits all baobabs in order to harvest offerings. Those villagers who forgot to be generous or were amnesic will not be protected by Christmas Djinn the year to come. On the contrary, if the Djinn is happy with the presents he received, villagers will not need to fear the new year. Harvests will be plenty, granaries will be full and trees will be weighted down by fruit. To show his joy and thank generous donors, Christmas Djinn will hang piñatas on the baobab branches. He will have filled them with sweets and children will enjoy shooting at them and bursting them with arrows made of zaban tree.

People finally say that all the biggest baobabs of the Segou area have been adorned with piñatas in the last few years and all orchards are weighted down by fruit. Christmas Djinn is on watch…

People talk and talk... Is  it a Christmas Djinn Tale ?

1 commentaire:

  1. Jolie coutume.
    Que nos enfants sont loin de cela !
    Laurent57

    RépondreSupprimer